Texte ‘Histoire de Fil’ & textil: Maylis DT & Janneke van der Putten

Abril 24th, 2015  |  Published in Ahora, Janneke van der Putten, Maylis Diot, Novedades, Residencias

In this text below (written in French) Maylis DT reflects on a textile initiated by Janneke van der Putten, made together with Ketty Rodriguez Venancino and Zaida Venancino Rojas, crafted in the traditional textile tradition of the Shipibos, living in the Peruvian jungle. This textile is made after a drawing Janneke made during her stay in a Shipibo community, in January 2015, as part of an Aloardi Research Trip and residency at Asociación Aloardi.

The text talks about the three times that are represented in the textile: the past, the present and the future. The upper and lower part do not have time: they are the sky and the earth, and the water. The time is a human perception. But the center part of the textile is temporal. It is the process of creation from the beginning until the end of its accomplishment. The motifs are related from the past to the present and to the future through the center part: a representation of the oral tradition, where the cultural knowledge is transmitted from mother to daughter. The Shipibos have their own textile tradition in colours and shapes, with their materialised ideas as discourse. In other parts of the world the textiles are different, but maybe the visions are the same.

textile 1 + drawing

Texte écris par Maylis DT
Textile et dessin par Janneke van der Putten
Textile en collaboration avec Ketty Rodirkes Venancino & Zaida Venancino Rojas
Paoyan, Pérou, Janvier 2015


Histoire de Fil

L’espace du tissu, par le biais des points de laine, est la narration d’une histoire. L’espace est double, composé de trois paires de couleurs, sur fond noir.

La première dualité, racontée par des fils noirs, utilise des motifs en forme de vagues, comme de l’eau qui coule, représentant le temps qui passe. Ces deux rectangles structurent le haut et le bas de la représentation. C’est le début et la fin de la surface, son horizon et sa verticalité, la terre et le ciel.

A droite et à gauche est présentée une nouvelle dualité, arborant les vives couleurs du jaune et du bleu ; qui contraste avec le noir des éléments. Les rectangles colorés semblent bouger, rendus denses par leur remplissage. A l’effet dansant et mouillé de ces formes se rajoute l’idée de la préparation qui est en cours. Ce champ évoque la finitude ; la création fixée par son accomplissement.

L’idée de la pluie est encore présente dans l’autre copule. Les gouttes, qui coulent, dans les carrés bleus évoquent une durée dans le temps. S’agit-il du temps qu’elles passent sur les textiles? Pourtant, le long est fastidieux travail est en cours de matérialisation, comme l’indiquent les motifs en croix dans un des deux tissus représentés.

Ainsi, cette seconde dualité raconte la faste élaboration des textiles, média de transmission culturelle par l’utilisation des signes et des images. Les trois couleurs sont utilisées, ce qui parle des trois temps du discours et de la narration: passé, présent, futur.

Les lignes plus épurées du système central rassemblent deux motifs: les croix et les lignes épaisses. Dans cette partie, l’ornement des vagues, lié aux éléments, est absent. Cet espace est donc en dehors du matériel, demeurant dans le monde de l’idéel. Or, la connaissance se partage par la tradition orale chez les shipibos. Ce discours tient sa source en la forêt tropicale. Ce fait est suggéré par le fil jaune qui pénètre dans le sol. Cette pénétration est proche de la vague bleue, qui évoque une nappe phréatique. L’eau, qui est d’abord élément essentiel a la vie, est aussi une matière traversée par les vibrations musicales, d’un chant de maître de cérémonie par exemple.

Par conséquent, les idées viennent de la terre, mais vivent en dehors d’elle. Pour matérialiser la connaissance traditionnelle, les shipibos utilisent le textile. La création devient le média de la connaissance. Les idées deviennent réelles dans leur visibilité; comme l’ayahuasqua le permet pendant l’expérience chamanique. Toutefois, l’utilisation de deux types de motifs nous rappelle que ces idées sont propres à l’homme, à leur culture, et influencées par l’environnement dans lequel ils demeurent.

Photos by Janneke van der Putten.

Comments are closed.

(English text below)

Fundado en el año 1998, Aloardi inicia sus acciones como uno de los primeros sellos y colectivos independientes dedicados a difundir y producir música experimental y electrónica, arte con nuevos medios, intervenciones sonoras, investigaciones acústicas y expresiones culturales autóctonas de Sur y Centro America. ". Apoyamos y generamos colaboraciones entre diferentes individuos, grupos autogestionados e instituciones a nivel local, nacional e internacional. Organizando eventos y exhibiciones transdisciplinarias, compartimos conocimiento sobre recursos (no) tecnológicos, trabajo sostenible e intercambio entre comunidades locales. Ubicado en Lima, desde el 2004 nuestro local funciona como mediateca y sirve para la realización de encuentros, talleres, laboratorios de investigación, programas de residencias, producciones audiovisuales y transmisiones de radio por Internet. Puedes encontrar en este sitio web información sobre nuestra actividad reciente; para conocer mas de nuestra actividad pasada, puedes visitar nuestro antiguo sitio web.

Founded in Peru in 1998, Aloardi started as one of the first labels and independent iniciatives in South and Central America diffusing and producing experimental and electronic music, media art, sound related interventions, alternative acoustic research and autochthonous cultural expressions of its región. We support and generate collaborations between people with self-managed associations and institutions on local, national and international level. We organize events and transdisciplinary exhibitions, initiate actions and share knowledge: the association is engaged in approaches towards (non)technological resources, sustainable work and exchange with local communities. Based in Lima, our space serves since 2004 as venue for meetings, workshops, research laboratories, a residency program, audiovisual productions, internet radio broadcasts and a mediatheque. Recent news about the Aloardi activities can be found on this website; to see more, you can visit our old website here.